Le berger d’Auvergne doit rester avant tout un chien de travail, sélectionné sur le mental. Il faut faire attention aux effets de mode que pourrait susciter notamment la robe merle, robe très séduisante et rarement rencontrée dans les races de chien (on la trouve par exemple chez le colley ou le berger australien). Ce chien doit rester un chien « intelligent », de travail, avant d’être un chien « beau ». Il est également dit que le chien, pour être adapté au mieux à sa région, devra être léger et agile.

Les éleveurs auvergnats de vaches seront prioritaires sur toute autre demande pour le placement des premiers chiots.

 

Spécificités du berger d’Auvergne au travail

- Chien qui semble posséder un caractère affirmé

- Chien qui doit rester, selon les éleveurs locaux, un chien « le plus simple/souple possible d’utilisation »

- Chien qui semble particulièrement bien adapté pour les vaches

- Aptitude innée au travail sur troupeau. Son travail, bien que moins précis que celui du border collie, reste très efficace. Il reste motivé autant sur ovins que sur bovins.

 

Contrairement au border collie, qui est toujours à l’écoute et attend en permanence un ordre de son maître, le berger d’Auvergne est plus souple, c’est-à-dire qu’il entreprend, sur simple ordre, un travail qu’il a appris. C’est probablement visuellement moins impressionnant, mais au final, et notamment pour les bovins, plus efficace.



 



Quelques conseils aux propriétaires pour dresser un bon chien de travail,

par Julien Souvignet (ci-contre examinant deux chiots bergers d'Auvergne)


Les quelques règles de bases à suivre pour l'éducation d'un chiot destiné au travail sur troupeau sont les suivantes :


- Dès l'arrivée du chiot, lui apprendre son nom.


- Ne jamais et en aucun cas le laisser divaguer (lui préparer un coin bien à lui, chenil ou niche).


- Le sortir deux fois par jour pour le laisser se défouler, commencer son apprentissage et faire naître une complicité entre le maître et le chien. Ce qui implique forcément que ce doit être le maître qui le sort et qui s'en occupe (le chien travaille pour faire plaisir à son maître).


- Vers 3 mois, commencer à lui apprendre les ordres de base afin de développer l'écoute du chiot. Les premiers ordres sont LE RAPPEL (« viens au pied » ou « au pied »), LA MARCHE EN LAISSE sans que celui-ci tire sur la laisse, LA MARCHE AU PIED au début à l'aide de la laisse puis à terme sans la laisse en prononçant « marche au pied ». Chaque ordre doit systématiquement être précédé du nom du chiot afin de capter l'attention de celui-ci.


- Même si on est très impatient de voir notre chiot en condition avec les brebis ou les génisses, il est fortement conseillé de ne le faire que lorsque le chiot aura 6 mois, pour des raisons de sécurité pour celui-ci. Surtout ne pas démarrer son apprentissage sur un lot de bêtes adultes et encore moins si celles-ci sont suitées, mais plutôt avec un lot de jeunes agnelles ou génisses qui ont un caractère moins affirmé que les anciennes.

 

Télécharger
Le chien de conduite - un essai de caractérisation, par Jean-François Courreau
A lire, un article de Jean-François Courreau sur les chiens de travail en général
Le chien de conduite - JFC.pdf
Document Adobe Acrobat 28.4 KB